8 responses


Do you want to comment?

Comments RSS ?

Les filles j’espère que vous choisirez bine autre marque que Renault pour les voitures !

31 juillet 2014 11:18

Pour le choix de la voiture je ne sais pas si nous devons vraiment plus en vouloir à Renault ou à l’agence de pub qui a signé un gros contrat pour sortir quelques clichés aussi modernes….heureusement que le design et la fabrication de cette nouvelle twingo sont au rendez-vous. Voilà donc ce qui arrive, au moins 70% des pro qui travailleent dans des agences de Pub de Com de marketing sont des nanas, mais c’est toujours le gros beauf bien lourd qui décide à la fin, vive le girl-power….soutenons la twingo et exigeons un rabais quand une femme en achéte une …10% devrait alléger la lourdeur de ce monde de brutes.

1 août 2014 04:53

Voilà à quoi conduit le capitalisme pulsionnel, un modèle qui est devenu toxique ma

1 août 2014 08:40

… mais que l’on tente à tout prix de faire fonctionner. Aujourd’hui plus personne ne veut changer de voiture sur un coup de tête, la publicité, le marketing flattent les instincts les plus primaires des humains. On en arrive à des choses innommables (bel exemple ici). Ce n’est que la surface d’une économie des années 80 qui ne fonctionne plus.

1 août 2014 08:42

Je ne pense pas être un beauf, et pourtant ces pubs mon fait sourire. C’est de l’humour décalé, basé sur des clichés, et alors , c’est la base de tout les spectacles des humoristes. Bien sur que l’on sait que c’est exagéré, bien que beaucoup pensent sans le dire qu’il peut y avoir un petit fond de vérité. Vous n’avez jamais regardé des caricatures. Ce ne sont pas photos. A force de vouloir mettre en avant que les parties négatives des choses, nous nous préparons un monde bien triste et totalitaires. On raconte une blague belge, on devient xénophobe. On dit que l’on n’apprécie pas le comportement de tel ou tel gouvernement de pays on devient raciste envers la population du pays. En fin de compte nous risquons d’arriver à un point ou il ne faudra rien dire ni rien faire pour ne pas être un monstre et devinez à qui cela profitera. A tout ceux qui souhaite que l’on ne dise, ni ne fasse rien, pour des problèmes bien plus grave que ces spots un peu lourdaud. Desproges Coluche au secours.

2 août 2014 14:16

Quelle honte! Je regrette d’avoir une Modus

2 août 2014 15:39

@claudia Les filles ET< les garçons... on peut tous boycotter ! @François : pourquoi se laisser piétiner pour 10% de rabais ? Tu fais la même avec le racisme ? L'homophobie ? Allez 10% pour les homos et on peut les insulter ? Non, désolée mais ça ne fonctionne pas comme ça. Même "positive" une discrimination reste une discrimination.

13 août 2014 15:17

Je commence par mettre à part, sur les 3 publicités présentées, celle qui présente des étrangers en voiture à Paris, entourés de jeunes femmes qui les aguichent en tenues affriolantes. Car cette publicité n’est pas vraiment ironique, contrairement aux 2 autres, pleines d’humour noir grinçant.

Mais cette publicité fait explicitement (sauf pour les aveugles) allusion à la réputation de la France et plus précisément de Paris, avec son folklore de liberté sensuelle -vous avez peut-être vu le film « Moulin Rouge »-, une persistance du Paris joyeusement « fou », en effervescence, de Toulouse-Lautrec. Des clichés, certes, mais qui ont une part de vérité, et qui sont en cela intéressants, en tant que repère pour faire des observations et des analyses plus fines, voire un débat. Notez que dans la publicité précitée, les 2 gars ne sont pas de gros porcs lubriques, ils sont charmants. Et notez que les femmes sont belles, radieuses et sûres d’elles, comme des déesses qui jouent, avant de se détourner soudain avec fierté et comme un seul… homme ! On n’a pas affaire à des victimes, non. Si j’étais une femme, j’aimerais bien être, pourquoi pas, une de ces femmes jeunes et jolies, pleines d’assurance et de joie, qui jouent de leurs atouts, sans perversité, ni vénalité, ni hypocrisie. Y compris si c’était mon métier, comme pour le french-cancan et Cie.

Je vais parler à présent des 2 autres publicités, qui sont plus « trash » avec la serviette hygiénique, et surtout avec la « vénalité » de la gamine capricieuse qui « jette » sur un coup de tête et avec insouciance son gars comme s’il était un déchet.

Ces publicités sont des caricatures rigolotes, volontairement provocantes (encore faut-il le voir), ET qui font écho à une certaine réalité (là aussi, il faut ouvrir les yeux même si ça fait peur), ce qui les légitime et les rend intéressantes.

Ces pubs ne sont pas vraiment « sexistes », car elles sont « décoiffantes », pleines d’ironie mordante, contrairement, soit dit en passant, à certaines pubs où les hommes se retrouvent par exemple à faire le ménage (sous-entendu : d’habitude ils ne le font pas, et je sais que c’est souvent vrai) ou à subir un harcèlement sexuel de la part d’une femme (alors que cela a lieu assez souvent en sens inverse), comme si le fait de montrer le mâle subissant … le mal (ses propres travers) de la part de femme était en soi humoristique, même sans une mise en scène savoureuse.

Je vois parfois -trop souvent- des femmes sans gêne, arrogantes et capricieuses, avec une sensibilité à sens unique (on devine lequel), qui se prennent pour des stars et se croient tout permis, surtout quand elles sont plutôt jeunes et jolies et qu’elles gagnent bien leur vie ou que leur papa leur donne tout l’argent qu’elles veulent –on en voit pas mal par exemple dans certains milieux parisiens–. Pour elles, « utiliser l’Autre » –donc en faire un objet, même si cela n’a rien de sexuel– coule souvent de source, notamment dans des relations de séduction non-réciproques où elles mènent le bal.

Cela, les gens n’osent pas le dire, car ces choses sont taboues, et un homme qui en parlerait se ferait « démonter » (même une grande partie des hommes sont dans le déni sur cette question : la peur joue, et surtout ils n’ont aucun intérêt à avouer cela, au contraire! Les plus lâches préfèrent parfois carrément ne pas en prendre conscience). Et les femmes en question semblent trouver leur comportement normal, puisque « tout le monde » se couche devant elles et valide ainsi ces attitudes…

S’agissant de ces femmes –pas des autres plus respectueuses, ouvertes, sensibles à l’autre, généreuses–, ces publicités sont bien « vues ». Et elles sont dérangeantes, d’une façon subtile, derrière leurs gros sabots apparents.

Ce n’est pas parce qu’on est une femme plutôt jeune et jolie -et éventuellement gagnant en outre bien sa vie- qu’on peut se permettre d’avoir une approche fasciste de l’Autre (et a fortiori de se croire digne et respectable malgré cette attitude).
« Fasciste », oui : se croire supérieur(e) en nature -et supérieur(e) en droits, d’une façon inavouée, mais flagrante-, et se permettre des violences, des abus, des (tentatives de) manipulations, etc…, c’est une forme de fascisme, même si cela n’est pas fondé sur une pensée politique.

In fine, il faut arrêter d’être hypocrite s’agissant de la beauté physique et de la sensualité des femmes : parmi les femmes qui en ont les moyens, assez nombreuses sont celles qui en jouent, pas toujours sur un mode respectueux, à tel ou tel niveau. Elles savent le pouvoir que cela leur donne. Et je peux les comprendre.

Mais alors elles sont comme ces femmes de ces publicités : pas du tout malheureuses, pas du tout victimes, mais au contraire pleines d’assurance, et satisfaites de leur état et de leurs atouts. Elles ne se sentent pas menacées (sauf, certes, si elles sont seules dans certains lieux de la ville, notamment le soir), ni exploitées, ni humiliées, ou je ne sais quoi de ce genre. Sans doute sont-elles par contre à juste titre énervées par certains regards et certaines façons dont des hommes les abordent, mais rien de grave tant qu’il n’y a pas d’insultes ou de menaces et qu’on a affaire juste à de la maladresse ou de la lourdeur. Donc il n’y a pas de problème, et elles peuvent bien, ces « pôôôvres victimes », se faire un peu chambrer par ces 2 pubs sur leur mentalité et leurs attitudes. Hé oui ! La sexualité pointe son nez partout, sans prévenir, et il faut l’assumer, ET ASSUMER EN CONTREPARTIE les critiques face aux dérives qu’elle occasionne, tout ça sans tomber dans le prêchi-prêcha moutonnier dont certain(e)s voudraient nous rebattre les oreilles.

Je concède qu’il est clair que le féminisme a encore ses raisons d’être, même en Occident au début du XXIe siècle. C’est triste et honteux, mais c’est ainsi : bien des progrès sont encore à faire.
Les femmes ont besoin de sécurité dans la ville -et face à la maltraitance conjugale-, et face aux intégristes religieux (notons au passage qu’on trouve évidemment aussi des femmes parmi les plus intégristes). Elles ont besoin de salaires et de droits égaux à ceux des hommes, et d’aides importantes quand elles élèvent seules leur(s) enfant(s), et d’une meilleure représentation politique ; sur ces terrains, il convient de se battre, et non sur celui de publicités comme celles-ci (par contre, des publicités mauvaises seraient des publicités qui pourraient présenter SANS IRONIE SCENARISEE une femme en train de faire la vaisselle pendant que son homme lit le journal, par exemple).

Mais dans les autres domaines de la société et des moeurs, les jolies femmes ne sont absolument pas à plaindre, bien au contraire ! Si quelques pubs rabaissent un peu le caquet de celles qui -comme dans les pubs présentées ici-, sont des monstres de sans gêne et qui se croient tout permis, ce n’est pas plus mal. Que toutes les autres femmes, plus élégamment humaines, ne se sentent pas visées !

J’estime trop les femmes pour les sentir menacées ou même visées en tant que telles par ces publicités. Ces publicités ne visent pas les femmes, ni les jolies femmes (je parle ainsi par souci de simplification comme si l’on avait affaire à des catégories bien tranchées), mais certaines jolies femmes.

27 août 2014 21:18

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.