Bon, ben voilà, il nous l’a annoncé ce matin, via un tweet, sans paillettes ni trompettes, comme à son habitude. Demain matin, nous écouterons la dernière chronique quotidienne de Guy Birenbaum sur Europe 1.

Et Je suis un peu tristesse.

Pourquoi ?

Déjà parce que dans un média grand public, à une heure de grande écoute, c’est un peu un des seuls qui comprend et fait de la pédagogie autour des notions de neutralité du Net et de vie privée dont il est un grand défenseur.

Certains diront que ce n’est pas assez, mais via ces courtes chroniques, il arrive à toucher un public que nous, nous n’arrivons pas à atteindre et à leur parler de ce que nous avons du mal à faire circuler hors d’un univers geeko-friendly.

Ensuite, je suis tristesse parce que bon, après le réveil du matin, entre ce moment où je décolle l’oreiller de ma face qui en porte encore les traces, et celui où j’appuie sur le bouton de la machine à café en luttant tant bien que mal avec la masse de cheveux tombant sur mes yeux, il y avait forcément Guy.

La chronique passe, je souris, les cheveux gagnent.

Des fois, il faut tout pousser en vitesse pour activer le wifi que je coupe tout le temps, la box étant sous le lit, il faut faire un peu de gym.

D’autre fois, ça marmonne bougon à côté. D’autres petits yeux se décollent et l’odeur sur l’oreiller n’est pas la même que d’habitide. Chut ! C’est Guy !

Les cheveux gagnent toujours.

Des fois, on commente en tartinant.

Et puis un matin (ce jour où j’ai failli prendre le dessus sur les cheveux) : « Tiens, t’as pas mis Guy, ce matin ! »

J’ai souri.

« Mettre Guy… » Je ne sais pas si l’expression lui conviendra, mais c’était un peu ça, oui. Entre le coussin et la machine à café, il y avait cet autre petit geste quotidien. « Mettre Guy »…

Demain, donc, je vais « mettre Guy » pour la dernière fois et ça m’attriste un peu.

Le bon côté des choses, c’est qu’à l’avenir j’aurais plus de temps pour gagner sur les cheveux tous les matins (malgré leur surnombre). Maigre consolation.

Il nous manquera ce petit réveil matinal, toujours (très) humble, posé, sympa.

Bonne route à toi, Guy. Nous pourrons toujours « mettre » ton blog en attendant de te « mettre » sur les ondes.

2 responses


Do you want to comment?

Comments RSS ?

Merci Bises affectueuses

11 juillet 2013 13:12

Merci à toi !

11 juillet 2013 13:24

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.