J’ai adoré ce billet(EN) d’un gars visiblement frustré qui critique les confs de sécu sans visiblement avoir mis les pieds dans un speackers room ou participé à un CTF. « les gens parlent de sujets farfelus et picollent » Ok, mon grand, mais si tu parlais aux gens au lieu de rester dans ton coin, peut être que tu verrais autrechose, non ?

Pour avoir pas mal baladé ces derniers mois dans des confs de sécu, notamment à Amsterdam au HITBSecConf et à Darmstadt à une conf du CCC et faire des confs depuis quelques années même en France à PSES ou la Nuit du Hack, c’est une toute autre ambiance que j’ai pu voir.

Read more…

La semaine dernière Malala Yousafzai a été nommée prix Nobel de la Paix 2014. Cette Pakistanaise, militante de droits humains engagée pour un accès à l’éducation comme vecteur d’amélioration de vie des plus pauvres et d’insertion sociale et d’émancipation pour les femmes.

« Malala » on ne lit et on n’entend que ça ces derniers jours, comme « Ségolène », alors qu’on dit « Arnaud Montebourg », ou « Marine », alors qu’on dit « Julien Rochedy »… Étrange, non ?

J’ai soulevé la question sur twitter. Au delà de l’infantilisation, c’est surtout, selon moi, une question de sexisme. J’ai obtenu différentes réponses. On me parle des médias anglais :

On m’a aussi parlé de condescendance vis à vis des jeunes. Je ne suis pas vraiment convaincue.On dit bien « Florent Manaudou » ou « Boyan Slat », pas « Florent » ou « Boyan » tout court.

 Donc je ne pense pas, non, que c soit une question d’âge, une marque de condescendance vis à vis de la jeunesse. Je pense qu’il s’agit bien de sexisme. « Malala », c’est la petite de 16 ans qui s’est fait tirer dessus dans le bus de l’école qu’elle partageait avec ses copines. Malala Yousafzai, c’est la militante, la nénette qui tient tête aux talibans, celle a qui on a remis, la semaine dernière, le prix Nobel de la Paix.        

Des « célébrités » sont en rogne contre Google(EN) qui faciliterait la multiplication et la circulation de photos d’elles à poil. Si le fait est avéré, elles ont totalement raison, s’agissant de photos privées. Mais le sont-elles vraiment ?

A l’origine, les photos avaient été récupérées sur iCloud via des petits malins qui les ont fait circuler un peu partout sur la toile au mois de septembre.

iCloud, c’est le service de « cloude » d’Apple. C’est quoi donc, le « cloude » ?

Read more…

Au moment même où j’écris, l’électricité qui alimente mon ordinateur Frankenstein, mille fois opéré et ramené à la vie, se coupe, ce qui contraint l’onduleur à émettre de petits bips. Tout cela contribue à l’impression que j’ai de vivre dans un vaisseau spatial et cela me rappelle combien nos infrastructures peuvent être précaires. Tout comme l’a déclaré Eleanor Saitta il est plus que probable qu’elles nous fassent défaut ou qu’elles nous mènent à notre perte, avant toute chose.

L’absence de planification et de résilience sont causées par une maintenance des infrastructures “publiques” de plus en plus précaire. Des jeux politiques décidés par des personnes dont les vies s’avèrent être plus courtes que les infrastructures qu’elles gèrent. Des pressions et des trafics d’influence pour être réélu et obtenir des postes de confiance. Corruption systématique. La distance entre les institutions et les citoyens, le public privatisé, les communs vandalisés et mis à sac. Les infrastructures technologiques, sociales et politiques sur lesquelles nos styles de vie sont assis, sont elles de plus en plus complexe. De ce fait, il se pourrait que les équipes à la tête de la cybernétique de contrôle de ces infrastructures se montrent incapables de détecter les règles et de distinguer à quel moment les digues de la Nouvelle Orléans cèderont, les réseaux électriques créeront des black-out complets, les centrales nucléaires seront infectées à cause du Stuxnet, ou le système financier global s’effondrera avec fracas.

Read more…

Et voila, tu te trouves encore sans lecture en cette fin de vacances estivales.
Pas grave, j’ai la solution !
L’association Ritimo a sponsorisé la création d’un bouquin fichtrement bien fichu sur la suveraineté numérique avec des auteurs tels que Richard Stallman, Alex Hache, Elleflane, Tatiana de la O, Karlessi, Ippolita, Marcell Mars, Hellekin, et tout plein d’autres gens biens.

Read more…